Shameless

Une vue de l'Iric à Yaoundé. Crédit photo : 237online

Une vue de l’Iric à Yaoundé. Crédit photo : 237online

L’Institut des relations internationales du Cameroun fait partie de ces grandes écoles que tous les jeunes rêvant d’une belle et riche carrière dans la diplomatie internationale, veulent intégrer. Les étudiants de cette prestigieuse école auront la lourde charge de représenter le Cameroun à travers le monde entier. Raison pour laquelle, seuls les meilleurs élèves sont recrutés à l’Iric par voie de concours uniquement.

 

 Mais la réalité dépasse souvent de loin la fiction. La publication de trois listes (la seconde annulant à chaque fois la première) de résultats pour un seul concours est venue renforcer l’idée fortement répandue selon laquelle l’accès aux grandes écoles est un business. Une chasse gardée où seuls les enfants des personnalités et leurs proches ont droit à l’accès. Sinon que retenir de ce que les médias camerounais ont baptisé « l’affaire Iric ».

  Le 27 février les résultats du concours d’entrée au cycle master de l’Iric tombe. Les résultats présentant 15 noms sur la liste définitive et 9 dans la liste d’attente est affichée. Y figure, les noms des enfants de quelques personnalités et d’autres qui ne le sont pas.

Le lendemain 28 février, coup de théâtre ! La liste est enlevée et remplacée par une autre où le nom de la vice-major et de 5 autres étudiants n’apparaissent plus. Que s’est-il passé ?  Les parents et les lauréats du concours ne comprennent rien. La presse flaire l’odeur d’un scandale. Le quotidien Mutations parle tout simplement de tripatouillages et publie les deux listes querellées à la une. Mais le directeur de l’Iric réfute vigoureusement cette idée. Il faudra attendre la publication d’un reportage sur Rfi pour que l’affaire prenne une autre tournure. Peut-être la peur de voir l’image de notre beau pays une fois de plus ternie a-t-elle poussé les responsables de l’Iric à reconnaitre leurs fautes.

 Un scandale peut en cacher un autre

 Dans un communiqué, le ministre des Enseignements secondaire va reconnaitre le changement des listes et explique ce geste par le souci de respecter le principe de l’équilibre régional (arrêté et d’ajouter les noms des candidats de la région de l’Est, de l’Extrême-Nord et du Nord qui ni figurent pas sur la première ! En clair, six brillants étudiants ont failli voir leur destin brisé pas parce qu’ils n’étaient pas brillant mais parce qu’ils n’étaient pas les meilleurs de leurs régions d’origine. Heureusement pour eux, le Présidente de la République Paul Biya est venu réparer cette injustice.  Au final 22 étudiants soit les 15 de la 2ème liste et les 6 de la 1ère liste ont été admis (ne me demandez pas comment 15 + 6 = 22, les maths et moi, on n’a jamais fait un ). Pour les responsables de l’Iric dirigé par Emmanuel Tabi, tout est bien qui finit bien.  Sauf que ce n’est pas le cas. Ce n’est pas le premier scandale qui ternit l’image d’une grande école. En 2010, le président de l’assemblée nationale camerounaise, était accusé de caser ses enfants, ses brus et ses gendres à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam). Les médias avaient publié une liste de noms. Ce côté « Shameless » de certains de « nos papas » aux pouvoirs est tout simplement déséquilibrant.

Un équilibre déséquilibrant

 En ce qui concerne l’équilibre régional, ne faut-il revoir l’arrêté qui date du 4 octobre 1982?  Avec équilibre régional, un nombre de places est  attribué à chacune des 10 régions lors des examens nationaux ceci en fonction du poids démographique, du niveau d’instruction. A l’origine, l’équilibre régional devait reparer une injustice en donnant les mêmes chances aux jeunes issus des zones dites d’éducation prioritaire comme l’Est, le Nord. Mais ces dernières années, ce principe cause plus de tort qu’il n’en répare. Car pour réussir un concours national, il ne faut pas seulement être le meilleur mais le meilleur de sa région pour être retenu. Des brillants étudiants voient ainsi leur rêve voler à l’éclat alors même que leur réussite professionnelle aurait profité au Cameroun tout entier.  En ce temps de mondialisation, où les États doivent être compétitifs pour briller sur la scène internationale et où l’Afrique ne bénéficie plus de la même indulgence comme il y a 50 ans, il est suicidaire de sacrifier ainsi une jeunesse brillante et patriotique désireuse de travailler pour la mère patrie. La plupart des jeunes qui frappent à la porte des grandes écoles peuvent avoir leur chance si les capacités d’accueil sont revues à la hausse. Cette solution à mon humble  est envisageable si on tient compte du fait que la population a augmenté entrainant ainsi d’autres besoins.