Ma vielle Mercedes est plus grosse que la tienne

xtaxi_casse101115700-jpg-pagespeed-ic-k9ug3vguvbOu comment certains jonglent avec les visites techniques et la prévention routière au Cameroun.

Le 26 septembre, la mesure exigeant aux automobilistes, notamment aux chauffeurs taxi de Yaoundé, de revoir l’état physique et technique de leurs véhicules est entrée en vigueur. Cette décision intervient dans un contexte particulier avec l’organisation de la CAN féminine 2016. Depuis lors, c’est à un jeu de chat et de la souris que se livrent les taximen et les forces de l’ordre.

 

Credit photo: abenchalors!

Credit photo: abenchalors!

Comme toujours, les premiers n’en font qu’à leur tête, les autres trop heureux de les pourchasser non pas pour vérifier si effectivement les chauffeurs ont respecté les consignes, mais pour gratter quelques billets de CFA. Et alors ? Dites-vous, quel est le rapport avec les accidents de la route ?

En réalité, cette mesure interdisant la circulation des vieux taxis illustre bien le quiproquo camerounais. C’est un secret de polichinelle, 80% des voitures en circulations sur nos routes sont ce que nos frères ivoiriens appellent les « France au revoir ». De très vielles bagnoles simplement bonnes pour la casse fumant comme, sinon autant que des locomotives. Avec un mauvais système de freinage, sans éclairage ou signalisation, etc.

Et ne leur parlez surtout pas de visite technique hein ! C’est une perte de temps et qui dit temps dit argent. Alors même que l’arrêté du 23 février 1998 portant réglementation de la visite technique des véhicules au Cameroun. L’arrêté précise bien la périodicité, la procédure, le type de véhicules et les indications que doivent porter les certificats de visites techniques.

 Il est par exemple indiqué que « Les forces de la police ou de la gendarmerie nationale peuvent le cas échéant ordonner des visites techniques lorsqu’ils constatent que la voiture émet des fumées ou des gaz opaques, des bruits susceptibles de gêner les usagers, etc.

 Pourtant, je ne compte pas le nombre de fois où j’ai failli être renversé parce que je n’avais pas vu venir un taxi ou une voiture « personnelle » sans phares.

Et quand mon voisin Pa’a Raymond démarre son taxi chaque matin pour laisser les enfants du voisinage à l’école, je ne vous dis pas le genre de bruit que sa bagnole émet. Kriiiiiiiiiiiiiiiiiiisssssssssss jusqu’à, les sourds (comme moi) peuvent entendre !

C’est le contrôle routier que tu veux voir ?

Tous ceux qui ont l’habitude de voyager par car le savent. La prévention routière est un juteux business. Une belle affaire que la gendarmerie ont « arraché » de force aux agents des ministères des Transports. Des enquêtes de journalistes ont révélé que les nombreuses barrières et postes de contrôles érigées çà et là sur nos grands axes routiers ne jouent pas forcément un rôle de prévention. Il s’agit en fait d’un moyen pour certains gendarmes souvent sans rémunération de se faire un peu de sous en attendant la « tombée » d’éventuels salaires.

Tous les automobilistes et depuis peu les moto-taximen aussi le savent, lorsqu’ils traversent certaines barrières. «Il n’y a pas trente-six solutions. « Soit tu payes pour ci1rculer librement soit tu passes toute la journée sur place avec ta voiture et tes passagers », nous as confié un automobiliste. Vous avez dit prévention routière !

« Ce billet est ma contribution dans le cadre de la campagne #StopAuxAccidentsRoutiers » Retrouvez le prochain billet de la campagne rédigé par Didier Ndengue  dans son blog http://ndengue.mondoblog.org/

Pour suivre la compagne, vous pouvez suivre le hashtag #StopAuxAccidentsRoutiers sur les réseaux sociaux.

Retrouvez également les articles publiés les jours précédents :

Cameroun : comment on obtient le permis de conduire ? (Ecclésiaste Deudjui)

Stop aux accidents routiers – Le jour où tout a basculé ! (Carole Leuwé)

Accident de la circulation : A cause de la route, « tu nous manquerons » (Thierry DidierKuicheu)

Et si ces routes avaient existé ? (Wiliam Tchango)

C’est elle la tueuse ! (Frank William Batchou)

Circulation : Ces pollueurs qui menacent nos vies (Mathias Mouendé Ngamo)

#StopAuxAccidentsRoutiers, Douala à l’ère du numérique (Danielle Ibohn)

La route tue, et nous aussi… (Fotso Fonkam)

Nos routes, ces caisses à sous mal entretenues (Armelle Sitchoma)

Ce que font les automobilistes Camerounais quand ils sont au volant ( Yves Tchakounte)

Le Smartphone, une cause d’insécurité routière au Cameroun (  Fabrice Nouanga)