Terrorisme : la guerre sur les réseaux sociaux

Crédit photo: Rtci.tn

Crédit photo: Rtci.tn

Les organisations terroristes ont très vite compris les enjeux d’une communication de proximité en ce 21e siècle. Twitter, Facebook, YouTube sont leur terrain de chasse autant pour recruter que pour toucher des nations entières.

Depuis les attentats-suicides perpétrés par Boko Haram et qui ont coûté la vie à plusieurs de nos compatriotes à Fotokol, et à Maroua dans la région de l’Extrême-Nord, la peur s’est installée au sein de la population camerounaise. Les Camerounais sont conscients de ce que plus personne n’est à l’abri d’un acte terroriste quel que soit le lieu où il se trouve désormais. Cette peur est voulue et recherchée par les terroristes qui ont compris qu’une guerre de nos jours ne se gagne pas seulement sur les terrains des combats. Les réseaux sociaux,notamment Facebook avec quelque 30 000 Camerounais (sans la diaspora) connectés est l’un des terrains de prédilection de ces manipulateurs hors pair.

L’homme qui crie n’est pas un ours qui danse

Les jours qui ont suivi les attentats de Maroua, des dizaines d’images montrant des corps sans vie ont fait le tour du web. Des messages postés par des personnes non identifiables annonçaient chaque jour des attentats. Des internautes plus attentifs ont vite découvert que certaines images annoncées comme prises au Cameroun étaient en réalité des archives de l’armée nigérienne.

Le but inavoué de cette communication sur les réseaux sociaux est sans aucun doute de créer la panique générale et tel un venin s’infiltrer dans la société camerounaise et étendre son empire du chaos sur toute l’Afrique. Car un peuple qui a peur, c’est un peuple qui ne parle pas, ne riposte pas, ne vaque plus à ses occupations.

 Pourquoi il ne faut pas faire le jeu des terroristes

« Quand le mal a toutes les audaces, le bien doit avoir tous les courages », écrit Marafa Hamidou Yaya, ancien secrétaire général de la présidence de la République (aujourd’hui en prison) dans une lettre ouverte à propos des attentats qui ont secoué l’Extrême-Nord, les 13, 22 et 25 juillet 2015.  En tant que jeune Camerounaise, je ne peux qu’être d’accord avec cette maxime. Nous devons avoir du courage, parce que  la vie est plus forte que la mort.

Depuis l’avènement des médias sociaux, de nombreuses personnalités sont montées aux créneaux pour mettre la jeunesse en garde contre une mauvaise utilisation des TIC. Dans le contexte actuel, où le terrorisme se répand à l’échelle planétaire, la vigilance est plus que de mise. Nous devons choisir avec un grand soin les posts et images que nous partageons, aimons et commentons à longueur de journée. Les terroristes ne sont pas des extra-terrestres venus de nulle part, beaucoup sont sûrement dotés d’une intelligence supérieure à la moyenne. En partageant des images qui heurtent la sensibilité ou des messages rédigés par n’importe qui, nous faisons leur jeu.

Douala, un scandale écologique sur les berges du Wouri

Un père sauve sa fille de la noyade. Crédit Photo. Paul Mahel

Un père sauve sa fille de la noyade. Crédit Photo. Paul Mahel

Il a fallu les inondations spectaculaires du 20 juin dernier dans le département du Wouri pour que la situation écologique de la ville soit enfin prise en compte.  Douala sera débarrassée de toutes les habitations construites sur les drains et qui empêchent l’eau de circuler normalement.  Dans quelques années donc, Douala affichera sans doute un autre visage. En attendant, le poumon économique de l’Afrique central est un scandale écologique.

Douala la rebelle, Douala la frondeuse, Douala la mondaine. Tant de mythes entourent cette ville portuaire, chef-lieu de la région du littoral. Cette métropole, la plus peuplée du Cameroun avec une population estimée à 2 446 945 habitants en 2011 est aussi une ville chargée d’histoire. Impossible de parler du Cameroun sans citer ce bout de pays. Dès l’école primaire, les livres d’histoire apprennent aux petits Camerounais que les premiers navigateurs occidentaux (Hollandais, Portugais, Espagnols) entrèrent au Cameroun par la côte. Les Douala (ce vocable désigne les autochtones. On parle des cantons ou villages Bonapriso, Deido, Akwa, Bonabéri, etc.), sont donc les premiers habitants à être en contact avec les hommes aux pieds de poule (La saison de l’Ombre, Leonora Miano). Les rois Douala comme Douala Manga Bell furent les principaux interlocuteurs des colons. Douala fut d’ailleurs choisie par les Allemands comme la première capitale du pays. Certains textes indiquent que le plan actuel de la ville est en partie hérité de la colonisation.

A côté de ce glorieux passé, Douala fut sur le plan politique, le théâtre d’événements majeurs dans les années 1990.  « Les villes mortes » ou la crise politique qui l’ont secouée, y prend ses racines alors que le vent de la démocratise soufflait sur l’Afrique après la chute du  » mur de Berlin « .

Aujourd’hui, par son dynamisme, sa position géographique stratégique, la ville de Douala s’est imposée comme « le poumon économique de l’Afrique centrale ». Elle est la porte d’entrée de nombreux étrangers africains qui veulent s’établir au Cameroun.  C’est dans cette ville que le tissu industriel camerounais est le plus solidement implanté. La plupart des investisseurs camerounais et étrangers choisissent le littoral camerounais. De ce fait, elle attire de nombreux jeunes campagnards en quête de travail. Mais depuis plusieurs années, on assiste aussi à un exode « urbain » des jeunes qui partent de Yaoundé travailler à Douala. Conséquence, la population de la métropole croit chaque année. Il s’en suit une pression démographique qui met l’écosystème terrestre en danger. Les  populations en quête de logement se sont installées un peu partout au mépris des règles de l’urbanisation et du respect de l’environnement. Des habitations ont été construites sur des drains, dans les marécages.  Si bien que le retour des pluies est toujours vécu avec angoisse par les populations installées dans ces bidonvilles. A plusieurs reprises, des inondations ont été signalées dans les quartiers populaires de Douala sans pour autant que les autorités réagissent .

Il a fallu les inondations du 20 juin dernier pour que les autorités décident enfin de prendre ce problème écologique à bras le corps. Jamais la ville n’avait été confrontée à un désastre de cette ampleur. Les eaux sont montées à un niveau insoupçonné engloutissant tout sur leur passage (maisons, voitures, personnes).  Pour se déplacer à Maképé, Missoké, il fallait ramer dans un bateau ou une pirogue. Les images ont fait le tour du Cameroun laissant abasourdis ceux qui pensaient que « cela n’arrive qu’aux autres ».

Deux jours après le retour à la normale, les populations ont été sommées de quitter, en 48 h, les maisons qu’elles habitaient pour certains, depuis trente ans !  Mais l’occupation anarchique des drains, les inondations ne sont pas les seuls problèmes écologiques à menacer Douala. Depuis plusieurs années, on assiste à une destruction inquiétante de la mangrove (lien). Les produits de la mangrove sont surexploités par les populations pour des activités comme le fumage du poisson, la vente du bois de chauffe, etc.

Jusqu’à présent, rares sont les actions mises en place pour protéger cette richesse. Faudra-t-il qu’un nouveau scandale écologique éclate pour prendre des mesures salutaires ?