Je refuse de te perdre

Kolofata est un petit village dans la région de l'Etrême-Nord dans le Mayo-Sava. C'est le village du vice-premier ministre Amadou Ali. La localité a été attaquée à plusieurs reprises par  Boko Haram. Crédit Photo :Camer.Be

Je refuse de te perdre
Je refuse de perdre le Nord
Mon bout de pays à l’histoire millénaire
Bec de canard
Morceaux choisis de mon Afrique en miniature
Terre aux mille merveilles, longtemps tu fus vénérée pour ton charme ensorcelant
Ton paysage de carte postale est fait d’immenses savanes herbeuses et boisées
Véritables galeries forestières à ciel ouvert !
Tes montagnes et crottes renferment tant de secrets seulement connus du sorcier aux crabes, l’habile chasseur de crabes.
Et ces cases intemporelles aux toits de chaume
Et tous ces Mayos, mon château d’eau
Et ces innombrables parcs, de la Bénoué, du Faro de Bouba ndjidda, de Waza où vivent protégées une multitude d’espèces animales
Elles courent les gazelles, les girafes,
Ils font trembler la terre les éléphants !
Je refuse de te perdre
Toi qu’on nomma
Nord, Extrême-Nord, Adamwa tu es un indivisible
Terre de religion et de tradition
Terre de tolérance
Depuis des siècles islam et christianisme cohabitent dans la paix des cœurs
Je refuse de te perdre
Je refuse de te perdre
Mon bec de canard que deviendrons-nous sans toi ?
Tu as connu tant de souffrances
Famine, maladies, inondations, mais toujours tu t’es relevée
Ça prendra le temps qu’il faudra, mais ensemble nous allons lutter, vaincre
Parce que sans toi, il n’y a plus d’Afrique en miniature !

 

Kolofata est un petit village camerounais de la région de l’Extrême-Nord  dans le Mayo-Sava. C’est aussi le village du vice-premier ministre Amadou Ali. La localité a été attaquée à plusieurs reprises par Boko Haram. Crédit photo :Camer.Be

7 réflexions au sujet de « Je refuse de te perdre »

    • Merci Olivier Fonkam. Nous sommes tous Kolofata, nous sommes tous le Cameroun. Il ne faut surtout pas se laisser intimider par ces fous de BOKO hARAM qui se servent de Dieu pour justifier leurs horribles crimes.

  1. Elsa, des mots justes et vrais. Des images qui me rappellent cette ville apprise à l’école et dans les livres. Des images, morceaux choisis, d’une terre abondante où il faisait bon vivre. Moi aussi, j’aime Kolofata, notre bout de pays à l’histoire millénaire. J’aime Kolofata, cette terre de religion, de tradition et de tolérance. Beau poème Elsa. Nous disons tous: #StopBokoHaram!

    • Merci Josiane! Le nord est très belle région. J ai encore en tête ces images de reportages diffusés sur La CRTV où l’on voit des animaux courir dans les parcs, le Mt Mandara, le chasseur de Crabe de Rhumsiki. Comme à l’Ouest, la tradition occupe une place importante. C’est aussi une terre de religion puisque contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, le christianisme est y très pratiqué.

  2. Très joli poème, et très jolis mots qui expriment les maux de quelqu’un qui aime son payst et sa ville. Que Dieu vous aide à surmonter vos difficultés et, à retrouver votre joie. Et bravo encore pour votre poème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *