Je refuse de te perdre

Kolofata est un petit village dans la région de l'Etrême-Nord dans le Mayo-Sava. C'est le village du vice-premier ministre Amadou Ali. La localité a été attaquée à plusieurs reprises par  Boko Haram. Crédit Photo :Camer.Be

Je refuse de te perdre
Je refuse de perdre le Nord
Mon bout de pays à l’histoire millénaire
Bec de canard
Morceaux choisis de mon Afrique en miniature
Terre aux mille merveilles, longtemps tu fus vénérée pour ton charme ensorcelant
Ton paysage de carte postale est fait d’immenses savanes herbeuses et boisées
Véritables galeries forestières à ciel ouvert !
Tes montagnes et crottes renferment tant de secrets seulement connus du sorcier aux crabes, l’habile chasseur de crabes.
Et ces cases intemporelles aux toits de chaume
Et tous ces Mayos, mon château d’eau
Et ces innombrables parcs, de la Bénoué, du Faro de Bouba ndjidda, de Waza où vivent protégées une multitude d’espèces animales
Elles courent les gazelles, les girafes,
Ils font trembler la terre les éléphants !
Je refuse de te perdre
Toi qu’on nomma
Nord, Extrême-Nord, Adamwa tu es un indivisible
Terre de religion et de tradition
Terre de tolérance
Depuis des siècles islam et christianisme cohabitent dans la paix des cœurs
Je refuse de te perdre
Je refuse de te perdre
Mon bec de canard que deviendrons-nous sans toi ?
Tu as connu tant de souffrances
Famine, maladies, inondations, mais toujours tu t’es relevée
Ça prendra le temps qu’il faudra, mais ensemble nous allons lutter, vaincre
Parce que sans toi, il n’y a plus d’Afrique en miniature !

 

Kolofata est un petit village camerounais de la région de l’Extrême-Nord  dans le Mayo-Sava. C’est aussi le village du vice-premier ministre Amadou Ali. La localité a été attaquée à plusieurs reprises par Boko Haram. Crédit photo :Camer.Be

Le bonheur n’ est pas dans la bière

Jeune homme "terrassé" par la bière. Crédit photo : Investir au Cameroun

Jeune homme « terrassé » par la bière. Crédit photo : Investir au Cameroun

Le Cameroun est l’un des pays africains où le taux de consommation de la bière est le plus élevé. En 2012 ce taux était de 4, 9 %. Tout le monde aime la bière. Au point où, les disciples de Bacchus ne se recrutent plus seulement auprès d’adultes hommes. Boire de l’alcool jusqu’à l’ivresse est devenu malheureusement, un art de vivre.

En décembre 2014, le gouvernement a décidé d’augmenter le prix des boissons alcoolisées particulièrement celui de la bière. La loi des finances 2015 a en effet modifié le mode de calcul des impôts sur les boissons fortes. Conséquence de cette nouvelle mesure, le prix de la bière passera de 500 F Cfa à 700 F Cfa


« Même si c’est 1000 F Cfa on va toujours boire »

En dehors des sociétés brassicoles qui s’inquiètent de l’accroissement des dépenses liées à cette mesure ou des ménagères qui y voient un moyen pour réduire la consommation de leur époux; la nouvelle n’a pas suscité le tsunami auquel on se serait attendu dans un contexte de vie chère. Dans les quartiers, les consommateurs semblent pour la plupart résignés.

En réalité la relation qui unit un grand nombre de Camerounais à la bière est si forte que rien ne semble pouvoir les séparer. Et dans ce mariage chaotique, on préfère supporter jusqu’à l’insupportable au lieu d’affronter la réalité. Des quartiers de Yaoundé sont devenus célébres pour le nombre de bars et snacks qui s’y trouvent. Les médias parlent de 6 000 bars dans la ville de Yaoundé ! Un business qui rapporte gros.

Les femmes aussi lèvent le coude

Au pays, tout le monde (ou presque boit). Même les femmes n’échappent plus à cet appel du vin. Elles sont de plus en plus nombreuses parmi les disciples de Bacchus. Souvent les samedis et dimanches après les tontines, Il n’est pas rare de les voir attablées dans les bars pour prendre « une séparante ». Celles qui ne supportent pas l’alcool fort se contentent généralement de bière dite « light », une seule règle prévaut « ne surtout pas prendre des jus, mais boire jusqu’à l’ivresse. Comme on le dit trivialement dans les quartiers : « Les femmes ne blaguent plus avec la bière ici ! ».

Effet de mode

Pour expliquer cette addiction aux conséquences dramatiques, certains chercheurs parlent de contexte social. Le coût de la vie est de plus en plus élevé. Les populations tirent le diable par la queue parce que les salaires n’ont pas changé depuis des lustres. Les jeunes sont confrontés au chômage. Pour oublier ces conditions de vie misérables, ils sont nombreux à noyer leurs soucis dans la bouteille. L’alcool tout comme le football est devenu un moyen dont ce sert les politiciens pour endormir le peuple.

A côté de ces arguments irréfutables, je constate que boire est devenu au fil du temps, une attitude, une habitude, un mode de vie tout simplement. Aucun événement ne se déroule plus sans le précieux liquide. Que de fois, j’ai entendu des réflexions du genre : « Un homme doit boire. Pas un peu, mais beaucoup » ou encore « Aka ! Quitte là avec tes biberons. Nous ne sommes pas des enfants pour prendre des jus ! ». Les week-ends, il est courant que des sportifs organisent des activités : footing, partie de foot pour garder la forme ou perdre du poids. Celles-ci s’achèvent souvent par la dégustation d’un bon bouillon de viande ou de poisson, le tout arrosé de bière.

La tragédie du verre

Un matin de 2014, devant la boutique de mon quartier, j’ai vu des adolescents en train de boire du Whisky. Il était 7 heures du matin. Etonnée, je n’ai pu m’empêcher de leur dire :  « Les amis, il est 7 heures du matin et vous êtes déjà là à avaler des sachets de kitokos ! ». Loin de les ébranler, ma remarque a eu le don de les amuser. Le trio a éclaté d’un rire sonore qui m’a fait croire un instant que je venais de sortir la blague la plus drôle de cette année, puis l’un d’eux m’a lancé : « Ma sœur est-ce que l’alcool c’est le café ou le thé ? Dès que tu as soif, tu bois, tout simplement »

Le geste qui sauve

Quelles que soient les raisons qui poussent certains d’entre nous à boire plus que de raison. Je reste convaincue que le bonheur ne se trouve pas sous une capsule. L’alcool cause plus de dommages qu’il n’en résout. Il est à l’origine de bien de drames familiaux et professionnels. Je me souviens d’un oncle que mes sœurs et moi redoutions lorsque nous étions enfants. Une fois qu’il avait bu, ce personnage sévère devenait d’une docilité extraordinaire. On profitait de ces moments pour nous venger de sa sévérité. J’ai su plus tard que l’alcool n’a pas les mêmes effets sur tout le monde. L’alcool peut transformer l’être le plus adorable en monstre suprême.